Le ministre des Finances annonce à cet effet le lancement d’une plateforme qui devrait quadrupler les montants des recettes non fiscales.  

Le ministre des Finances annonce une initiative ambitieuse visant à renforcer la collecte des recettes non fiscales grâce au lancement de la plateforme digitale dénommée « Tresor Pay ». Cette plateforme digitale est conçue pour faciliter le recouvrement et l’encaissement des recettes non fiscales. En d’autres termes, Tresor Pay permettra le paiement de tous les frais administratifs exigibles en dehors des impôts et des droits de douane. Cela inclut des paiements tels que les amendes pénales, les loyers immobiliers, les frais de concours, la délivrance d’actes judiciaires et extrajudiciaires, ainsi que l’établissement de titres fonciers et de permis d’exploitation des ressources forestières

Jusqu’à présent, la collecte de ces recettes non fiscales s’est avérée complexe pour l’État. En 2021, le trésor public a réussi à recouvrer 160 milliards de FCFA sur un objectif de 187,4 milliards. Cependant, les recettes non fiscales pour le budget 2023, actuellement en cours d’exécution, sont estimées à 250,4 milliards sur un potentiel total évalué à 800 milliards de FCFA par le ministère des Finances. Avec l’introduction de Tresor Pay, le ministère vise à optimiser cette collecte pour atteindre le plein potentiel, ce qui équivaut à un quadruplement des montants collectés.

Digitalisation

Pour mettre en œuvre cette vision, le ministre des Finances souligne que les services d’assiette devront établir une administration dynamique, innovante et moderne, en tirant parti de l’organisation adéquate, de l’utilisation étendue des nouvelles technologies et du personnel compétent, engagé et motivé.

Le lancement de Tresor Pay fait partie intégrante de la modernisation des services du Trésor public camerounais. L’objectif est de transformer cette administration en une entité numérique, dans le but de sécuriser le circuit de collecte des recettes publiques en réduisant l’utilisation d’espèces dans les services financiers de l’État et en minimisant les risques d’atteinte au patrimoine public.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X