La jeune écrivaine Camerounaise Marzouka Oummou Hani, 17 ans est traînée devant le tribunal de première instance de Ngaoundéré par le Chef de son village.

On lui reproche d’avoir à son jeune âge, publié un roman intitulé « MON DESTIN OU MON PÈRE ».

Œuvre dans laquelle elle fustige les tares et les abus qui brisent bien de destins des jeunes filles.

« Mon destin ou mon père » un roman purement fictif.

La mineure a reçu une citation directe, pour se présenter ce jeudi 20 juillet 2023 à 7h30 devant le juge du tribunal de première instance de Ngaoundére.

Son accusateur la poursuit pour « diffamation » et lui réclament environ 150 millions de Fcfa de dommages.

Le crime de la nouvelle bachelière est d’avoir pris le village Idool comme cadre spatial de son roman.

Musulmane et de culture peule, Marzouka Oummou Hani, est une jeune élève née le 1 er mai 2006 à Ngaoundéré.

Elle vient de publier ce livre où elle dénonce les pratiques patriarcales oppressives de la jeune fille, les violences conjugales, le machisme, les superstitions etc…

Malheureusement pour elle, le chef de ce village n’apprécie pas son œuvre. Selon lui, elle dépeint un personnage qui ressemblerait à un ressortissant alors décédé et auquel elle aurait attribué des pratiques de sorcellerie.

Seulement, dans une région classée zone d’éducation prioritaire, on comprend que beaucoup d’efforts sont encore à faire pour faire évoluer les mentalités.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X