#leswaysduweb

C’est la nouvelle affaire qui défraie la chronique au Cameroun !

Née en 1994, priscille victoire kamdem, 29 ans a été retrouvée morte dans la chambre d’un homme avec plusieurs points de suture à l’abdomen.

L’horreur se déroule à Foumbot dans le département du Noun, région de l’ouest. Ce qui était parti pour une opération de chirurgie plastique est très vite devenu une scéance de boucherie humaine. Sur l’affaire plusieurs versions font surface.

La première et version officielle raconte que victoire qui voulait un corps de rêve, à contacté celui qu’elle pensait être médecin afin d’avoir une liposuccion qui est une procédure chirurgicale qui vise à éliminer l’excès de graisse dans certaines parties du corps. Elle est généralement utilisée pour modeler et affiner les contours du corps.

Daniel CHAMBA NYAHKE , un usurpateur du titre de chirurgien, se faisait donc passer pour celui là qui avait la solution à son problème. La jeune dame était loin d’imaginer qu’elle venait de signer son arrêt de mort et le bonhomme quant à lui n’a pas été frustré d’exercer une activité dont-il ignore la procédure. Résultat Victoire sera retrouvée charcutée dans la chambre de son chirurgien.

L’affaire est très vite médiatisée et fait la une des réseaux sociaux, avant de connaître un rebondissement ce dimanche 20 août.

En effet c’est sur la page du célèbre chroniqueur N’zui Manto qu’on apprend une autre version de l’histoire ! La jeune femme morte durant sa chirurgie esthétique venait d’avoir son visa pour le Canada. Un témoin anonyme déclare

Priscille avait les boutons sur le visage et sa copine lui a dit qu’elle connait un médecin qui avait soigné sa part. Le médecin un certain Chamba Daniel Niahke qui avait exercé auparavant à l’hôpital des sœurs de Baham se trouvait actuellement dans le Noun où elle s’est rendue avec sa copine pour soigner ses boutons . Sauf qu’une fois là-bas elles se sont proposées de faire la chirurgie esthétique. Elle est morte charcutée ! Elle venait pourtant d’avoir le visa du Canada . À l’institut privé polyvalent de BAHAM et dans tous les autres établissements où elle a fait ses études elle était toujours parmi les 3 premiers de la classe .C’était une fille très intelligente.

La suite de l’affaire c’est à la morgue de Bafoussam où la famille de la défunte va découvrir le pot aux roses. Priscille laisse deux enfants le premier âgé de 6 ans et le second de 1 an et demi. Le chirurgien quant à lui sera arrêté par les autorités.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X