Plus de 73 % des membres du Groupement Inter Patronal du Cameroun (Gicam) se sont prononcés en faveur de la fusion avec Ecam, une autre organisation patronale.

 Les adhérents du Groupement Inter Patronal du Cameroun (Gicam), réunis en Assemblée générale extraordinaire ce 11 juillet 2023 se sont finalement prononcés en faveur de la fusion avec le mouvement Ecam (Entreprises du Cameroun). Ceci suite au traité de fusion signé entre Célestin Tawamba et Protais Ayangma, les deux présidents de ces entités. C’est à l’issue d’un vote que les membres du Gicam ont approuvé le projet de fusion. Soit un vote favorable de 73,7 % (241 voix), 26,3 % de votes défavorables (86 voix), et 2 bulletins nuls.

En effet, l’Assemblée générale extraordinaire du Gicam s’est tenue dans un contexte particulier marqué par une intense bataille judiciaire avec une frange de membres qui s’oppose à la démarche engagée par Célestin Tawamba. Ces derniers ont déposé en tout 5 recours par-devant les tribunaux de première instance de Bonanjo et de grande instance du Wouri afin d’obtenir l’arrêt du processus de fusion.

D’un renvoi à l’autre

Cette opposition, qui reposait sur des arguments de forme et de fonds n’a malheureusement pas produit les résultats escomptés. Le 10 juillet 2023, le Tribunal de première instance de Bonanjo s’est déclaré « incompétent » sur la requête portant sur le changement de Chrétien Pouansi Toudjoui, le Commissaire désigné à la fusion, note Eco Matin, Sur la suspension de l’Assemblée générale extraordinaire de ce 11 juillet 2023, le même tribunal, statuant en procédure de référé, a renvoyé la cause pour le 12 juillet 2023, pour réception des conclusions du Conseil du Président du Gicam.

La procédure visant à obtenir injonction au président du Gicam et celui d’Ecam de s’abstenir de poser quelques actes que ce soit, tendant à la réalisation de la fusion a elle aussi été renvoyée au 14 août 2023. Auparavant, le 6 juillet 2023, le Tribunal de grande instance du Wouri avait déclaré « non-fondée », la requête de rétractation de l’Ordonnance n° 664 du 22 mai 2023, rendue par le Président du Tribunal de première instance de Bonanjo, désignant Chrétien Pouansi Toudjoui, comme Commissaire à la fusion.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X