Une pléthore de décisions prises par le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) avec son Comité exécutif annulée par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS).

La situation de Samuel Eto’o se complique davantage, alors que la Confédération Africaine de Football (CAF) vient récemment d’ouvrir une enquête à son encontre. Président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) depuis moins de deux ans, l’ancien footballeur vient de perdre (encore) plusieurs batailles judiciaires.

Pour rappel, le 27 août 2022, une Assemblée générale de la Fécafoot s’est tenue avec entre autres résolutions, l’approbation d’un certain nombre de décisions prises par le Comité exécutif de l’instance. Notamment la validation de : la suspension de Kouedem François de son poste de président de la Ligue régionale de l’Ouest ; la révocation de Guibaï Gatama comme membre du Comité exécutif ; l’élection de nouveaux membres des Commissions juridictionnelles ; la dissolution de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC).

Le TAS tranche

Le 21 novembre 2022, Guibaï Gatama et d’autres acteurs du football local ont saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) à l’effet de faire annuler lesdites résolutions. Ainsi, neuf mois plus tard, le TAS a livré son verdict : « le Tribunal arbitral du sport, statuant contradictoirement […] déclare que les résolutions adoptées lors de l’Assemblée générale de la Fédération Camerounaise de Football du 27 août 2022 sont nulles et de nul effet ».

En des termes plus clairs, cette décision du TAS consacre la réhabilitation de Guibaï Gatama au sein du Comité exécutif ainsi que celle de François Kouedem comme président élu de la Ligue Régionale de l’Ouest. Elle consacre également l’annulation de la dissolution de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC) et le retour de tous les organes juridictionnels indépendants élus en août 2021 dont les mandats avaient été révoqués.

« Le TAS a fait droit à nos prétentions », s’est réjoui Guibaï Gatama. « Je me réjouis du triomphe du droit et de la réaffirmation du respect des Statuts et Règlements comme pierre angulaire de la gouvernance sportive que les acteurs du football appellent de tous leurs vœux », a-t-il réagi.  

Sur la vacance à la présidence de la Fécafoot

La saisine du TAS a été l’occasion pour les appelants de solliciter la constatation de la vacance à la présidence de la Fécafoot, suite à la condamnation de Samuel Eto’o, le 20 juin 2022, à 20 mois de prison pour fraude fiscale en Espagne. La formation arbitrale a estimé qu’à « défaut d’une décision de l’assemblée générale extraordinaire de la Fécafoot sur cette question », les conditions pour qu’elle « puisse constater la vacance de la présidence ne sont, en l’état, pas réunies ». Par conséquent, elle a renvoyé la responsabilité du constat de la vacance à une Assemblée générale extraordinaire de la Fécafoot.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X