Le Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations masculine de football, prévue en Côte d’Ivoire du 13 janvier au 11 février 2024, s’est réuni lors d’un séminaire à Grand-Bassam pour aborder l’avenir des infrastructures héritées de cet événement.

Quel avenir pour les infrastructures de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) masculine de football 2024 en Côte d’Ivoire ? La question était au centre d’un séminaire organisé par le Comité d’organisation de cette CAN à Grand-Bassam. Selon des informations de RFI, l’objectif est d’éviter que ces installations ne deviennent de futurs « éléphants blancs », sans utilité après la compétition. Le séminaire a rassemblé une centaine de participants, incluant des acteurs de la société civile, des universitaires et des organisateurs d’événements similaires.

L’avenir des infrastructures préoccupe

Le président du Cocan, François Amichia, conscient de l’enjeu, souhaite anticiper cette problématique en lançant dès maintenant la réflexion sur la réutilisation optimale des stades et villages d’hébergement, ainsi que sur la création d’opportunités d’emploi pour les employés formés pour l’événement. Il souligne l’importance de la responsabilité dans l’utilisation à long terme de ces infrastructures, en insistant sur le fait que leur destinée ne se limite pas à la période de la CAN, mais s’étend sur plusieurs décennies.

Pour éviter le triste sort des infrastructures laissées à l’abandon après certains grands événements sportifs, tels que les Jeux olympiques de Rio en 2016 ou ceux de Sotchi en 2014, le séminaire a proposé divers axes de réflexion. Parmi eux, l’adaptation des stades pour accueillir d’autres fédérations sportives, l’organisation d’événements culturels ou religieux, ainsi que la candidature à d’autres compétitions d’envergure. Yacouba Konaté, conseiller technique du Cocan, souligne l’importance de trouver une utilité sociale et économique à ces infrastructures, tout en rappelant que le financement ne doit pas reposer exclusivement sur l’État

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X