Alors qu’on attendait plus que l’accord de financement pour sortir le projet de l’impasse, un nouveau facteur freine le projet.

Le projet d’extension de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen, visant à améliorer la mobilité urbaine, rencontre toujours des obstacles qui retardent son lancement effectif. Alors que la première phase de la section, appelée « rase campagne », a été mise en service en janvier 2022, aucune date sûre n’a été annoncée pour le début des travaux de la phase II, concernant la section urbaine de 9,8 km. Selon le ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu) cité par Eco Matin, les études techniques et financières nécessaires ne sont pas encore achevées, avec une finalisation prévue d’ici la fin de l’année 2023.

Plusieurs défis se posent pour la mise en œuvre de la section urbaine de l’autoroute, dont les contraintes liées à l’expropriation et aux déplacements des réseaux souterrains. Selon Armand Romuald Njiba Bami, inspecteur général chargé des questions techniques au Minhdu, les projets sont complexes et prennent en compte l’environnement d’autres infrastructures telles que les routes nationales 3 et 2. Ces facteurs ont nécessité des solutions alternatives et ont contribué à la prolongation du processus.

Financements

L’une des incertitudes concerne les financements nécessaires pour mener à bien le projet. Bien que le Minhdu ait exprimé l’année dernière son optimisme quant à la conclusion des financements, aucune information n’a filtré sur l’état actuel de cette question. Le budget pour les travaux de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen est estimé à 200 milliards de Fcfa, en dehors du coût des indemnisations, qui sera déterminé à la fin des études. Cependant, la finalisation des études devrait permettre de clarifier les perspectives quant à la signature d’un éventuel mémorandum d’entente avec l’entreprise Sistemecs pour le financement et la réalisation des travaux de la section urbaine.

Un autre point à résoudre avant le démarrage des travaux concerne le sort du « Monument Patriote », situé au rond-point des Services du Premier ministre et inauguré par le Minhdu le 18 mai 2022. Des réserves ont été émises concernant sa préservation, mais les études finales permettront de déterminer la décision à prendre en fonction des coûts associés. En attendant, le projet d’extension de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen continue d’être un défi complexe à relever pour les parties impliquées.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X